facebook

youtube

instagram

vimeo

Tél. : +33 981 283 600
Mon panier
Aucun article
>
logo-alberabike
» » » Comment choisir son vélo électrique ?
Comment choisir son vélo électrique ?
Comment choisir son vélo électrique ?

Choisir un vélo électrique n'est pas une chose simple au vu de la quantité de technologie et de modèles proposés par les nombreuses marques présentent sur le marché. Essayons d'y voir plus clair dans cette masse d'information...

 

Connaître ses besoins et intentions d'usage et de pratique

 

Un bon vendeur doit prendre le temps de cerner votre profil pour ne pas risquer de vous vendre un produit inadapté.

Vous faut-il un vélo de ville?... facile à enjambé et équipé d'accessoires, un vélo de route?... plus léger et rapide, un Vtc - Suv ?... plus polyvalent, un Vttae tout terrain ?... de randonnée ou sportif ?... Pour une utilisation quotidienne ?... occasionelle ?... Quelle distance éspérez-vous parcourir ?...

 

Avez-vous vraiment besoin d'un vélo électrique ?

 

En effet, si vous projetez juste des déplacements urbains ou velotaf dans une région plate ou encore que vous êtes en bonne forme physique, n'oubliez pas qu'un vélo électrique perd son assistance à 25 km/h et qu'au delà de cette vitesse, il vous sera difficile d'emmener ce vélo de 24 kgs a des vitesses supérieure. Un vélo classique "musculaire" reste un vélo léger (13-15kgs) avec lequel il est assez facile de rouler à 20-30km/h. Si vous mettez le budget d'un électrique (1500- 2500€) dans un bon vélo classique un peu haut de gamme par exemple un vélo route à cintre plat, vous aurez un vélo trés léger (10-11kgs), trés facile à emmener sur le plat et bien plus rapide qu'un élèctrique !

 

             

 

 

L'autonomie d'un vélo électrique

 

Lorsque qu'un constructeur vous annonce l’autonomie d'un vélo électrique, sachez qu’il n’existe pas de mode de calcul « type ». Pour la voiture, tout est encadré avec la norme WLTP qui, obligatoire, permet de comparer les modèles sur un pied d’égalité. Pour le vélo électrique, le flou est total. 

 

À l’échelle européenne, l’association allemande ZIV (Zweirad Industrie Verband) a mis en place avec plusieurs acteurs du secteur (Bosch, Accell Group, Shimano, Velotech) un protocole de test unifié pour comparer les performances des différents modèles de VAE en normalisant le facteur d’assistance des vélos sur 200 %. Ce test, appelé R200, fixe des valeurs pour la vitesse et la fréquence de pédalage moyennes. Des valeurs type sont définies pour le poids, le type de terrain, la nature du sol, la fréquence de démarrage, les conditions météorologiques… Cette procédure permettra une plus grande transparence pour les acheteurs de vélos électriques. Mais la réglementation étant longue à se mettre en place, on ne sait pas encore quand elle sera adoptée par tous les fabricants.

 

Lorsqu’on parle de puissance de batterie (400 ou 500 Wh) il s’agit de Watt par heure et donc de puissance disponible pour une heure. Il s’agit donc de l’autonomie du vélo.

Un vélo de 500Wh n’a donc pas plus de force qu’un vélo en 400Wh, il a plus d'autonomie.

Les Watt/heure sont le résultat des volts multiplié par l'ampèrage donc un vélo en 36V x 14Ah = 504Wh.

 

                                         

 

De nombreux paramètres peuvent venir influencer l'autonomie comme par exemple le poids et la condition physique du conducteur, le dénivelé du parcours, la force du vent, la température, la pression des pneus, la puissance du moteur, le mode d'assistance utilisé et la façon dont on utilise les vitesses mécaniques.

 

C'est pourquoi les constructeurs annoncent toujours une fourchette d'autonomie pour un pilote d'environ 65kgs, sur du plat, sans vent et dans un mode intermédiaire.

 

En moyenne, les batteries des modèles d’entrée de gamme tournent autour de 300-400 Wh, soit de quoi parcourir de 20 à 60 km selon les conditions, tandis que celles des modèles haut de gamme grimpent jusqu’à 600 ou 800 Wh, certains fabriquant proposent également des systèmes « dual-battery » permettant de monter deux batteries en série pour doubler l’autonomie comme sur certains vélos Cargo soumis à de forte charge de poids.

 

Le facteur prépondérant reste le poids du pilote et pour shématiser, on peut dire que 10kgs de poids = 10% de consomation de batterie en moyenne.

 

Cela veut dire que si un monsieur de 80kgs achète avec sa dame de 50kgs des vélos identiques en tout points, madame aura en moyenne 30% de batterie en plus que monsieur.

 

Donc toujours sur un même vélo, un monsieur de 65-70kgs qui opte pour une batterie de 500wh fera la même distance qu'un monsieur pesant entre 75-85 kgs en 630wh qui fera la même distance qu'un monsieur de 90-100kgs en 750 wh.

 

Voilà pourquoi il est difficile de faire les mêmes promesses à tout le monde quand à l'autonomie d'un vélo électrique. 

 

La puissance d'un vélo électrique

 

Comme sur un moteur thermique, la force pure du moteur elèctrique s’exprime en  Newton/mètre (Nm), il s’agit du couple généré à la sortie du pignon.

 

                            

 

Chaque constructeur dispose de moteurs au couple différent en fonction de la destination de pratique du vélo. En moyenne nous retrouverons pour un usage coeur de ville (40Nm) pour un usage en ville en région vallonnée et VTC (50-60Nm) pour un usage VTT rando (70Nm) et VTT sportif (85 à 108Nm).

 

Chez Bosch existe les moteurs: Active line (40Nm), Active line plus (50Nm), Cargo line (85Nm), Performance line (75Nm), Performance line speed (85Nm-45km/h), Performance line CX (85Nm), Performance line CX Race limited edition (85Nm et 400% niveau assist)

 

Chez Shimano il existe les moteurs: E5000 (40Nm) E6100 (50Nm) , E6100 Cargo (60Nm), E7000 (60Nm), , EP6 (85Nm), EP8 (85Nm plus léger)

 

Chez Yamaha il existe les moteurs: PW CE (50Nm), PW SE (60Nm), PW ST (70Nm), PW X3 (85Nm).

 

Chez OLI il existe les moteurs: Move One (60Nm) / Move plus (80Nm) / Sport One (60Nm) / SportPlus (83Nm) / EDGE BH/SH (90Nm)

 

Qu'est ce qu'un capteur et une programation 

 

Outre ces puissances différentes, il y a aussi plus ou moins de capteurs, (couple, vitesse, inclinaison, cadence) et des programmation différentes de mode d'assistance et de comportement moteur en fonction de la pratique concernée.

 

Par exemple un VTTAE sportif aura beaucoup de couple avec une programation permettant "d'arrondir" le comportement en adoucissant la puissance qui pourrait être trop intrusive et vous pousser à la faute dans certains passages techniques. Moins d'accoups engendrerons moins de désèquilibre et moins de dérapage donc plus de grip et d'efficacité sur les sols glissants. Les moteurs au couple important necessiteront des batteries "plus grosses" car leur consommation sera plus importante dans les modes maxi. 

 

A l'inverse, un vélo ville pour faire ses courses, aller au cinéma ou au bistrot peut tout à fait vous convenir avec un couple de 40Nm et une batterie de 400wh et seulement 3 modes d'assistance.

 

Limitation de vitesse et débridage d'un VAE

 

Soumis à la réglementation des cyclomoteurs, les vélos à assistance électrique rapides appelés "speedélec" ou "speedbike"sont interdits sur les pistes cyclables.

Pour être en règle, le vélo doit être mis sur le marché homologué par le constructeur avec son support de plaque, son rétroviseur, ses clignotants et un certificat de conformité CE nécessaire à l'établissement d'un certificat d'immatriculation.

Le port du casque homologué cyclomoteur ainsi que le port de gants homologués CE et l'assurance "cyclomoteur" sont obligatoire (depuis 2016).

 

                                           

 

Rappellons que débrider un VAE est interdit et ne sert à rien en montée. Le débridage supprime juste l'information de coupure de l'assistance à 25 km/h pour la déplacer à 45km/h. Le moteur aura exactement le même couple, ne sera pas plus puissant et n'ira pas plus vite dans les montées. En vtt pour la descente celà ne sert pas à grand chose puisqu'il suffit pour aller plus vite de lâcher les freins et de piloter.

C'est surtout sur le plat que l'intérêt se fera sentir bien qu'atteindre et rester à 45km/h, demande une bonne condition physique avec une cadence de pédalage et une force élevée. Les plus sportifs seront donc toujours devant...

 

Aussi, il faut bien avoir conscience du danger pour autrui d'emprunter une piste cyclable à 45km/h ou encore est-ce que tout le monde a le niveau pour pouvoir rouler à 45km/h en VTT entre les arbres ? Pour rappel, la legislation limite la vitesse sur les chemins et pistes foréstières à 30km/h pour tout véhicule motorisé ou non.

 

                           

 

En plus de faire sauter la garantie du constructeur, débrider un VAE peut mettre en péril toute une pratique (en VTT) et emmener des problèmes que les détracteurs n'hésiterons pas à brandir. Sachez aussi que vous ne serez plus assuré en cas d'accident de la circulation.

 

Quel vélo pour quelle pratique

 

Le vélo de ville: C'est un vélo facile à emjamber avec un cadre plus bas, équipé d'accessoires pour faciliter un usage au quotidien comme un porte-bagage, des gardes boue, des éclairages, un antivol, une position ajustable ect... Son autonomie suffit souvent avec 400wh et un moteur de 40Nm.

Le VTC ou SUV: "Véhicule utilitaire sport" Il s'agit d'un VTTAE semi-rigide équipé de pneus mixte route et chemin à l'image des motos de trail. Souvent équipé des accessoires du vélo de ville il permettra un usage un peu plus polyvalent où en plus de vous emmener au travail il vous permettra de vous aventurer ponctuellement dans des parcours sur piste et chemin les week-end avec un moteur et une autonomie supérieure. Son autonomie suffit souvent avec 500wh et un moteur de 60-70Nm.

 

 

Le VTTAE semi-rigide: Ce VTT est plutôt destiné à la randonnée tout-terrain. Il se distingue du VTC-SUV par de véritables pneus tout terrain et moins d'équipement le rendant plus léger et plus adapté à un usage tout terrain avec moins de risque de casser un accessoire (béquille, éclairage, garde-boue ect...) ou de se blesser sur l'un d'eux en tombant ou encore moins de bruit ou de vibration engendrés par ceux-ci. Son autonomie suffit souvent avec 400wh-500wh et un moteur de 70Nm.

Le VTTAE tout suspendu: Il se destine à un usage plus engagé en tout terrain avec des suspenssions plus haut de gamme dotées d'un débattement plus important favorisant le confort et la précision à plus garande vitesse. Associé à un moteur et une batterie plus puissante, la transmission est plus demultipliée et permet de s'attaquer à de trés fortes déclinaisons. Son autonomie varie de 500wh à 750wh et un moteur de 85Nm à 108Nm.

Le vélo de route élèctrique: Ce vélo sera souvent équipé de moteurs sur la roue arrière et de batterie minimaliste de 250wh pour contenir le poids et pouvoir arriver à emmener le vélo au delà des 25km/h aprés la coupure. Il sera un excellent choix en vélo taf ou pour les anciens qui veulent continuer à se faire plaisir en club le week-end et le plus longtemps possible. Son autonomie suffit souvent avec 250wh + extandeur de 250wh et un moteur de 50-60Nm.

Le vélo pliant élèctrique: Son choix se fait lorsque l'on a besoin d'un vélo à faible encombrement comme pour le garer dans un petit cagibi d'appartement de vacances, sur un bateau, dans un camping-car ou encore pour les déplacements urbains associés au train ou au bus. Son autonomie suffit souvent avec 400wh et un moteur de 40Nm.

Filtrer par